On publie…

4 mai 2021

Notre collègue Edgardo D. Carosella, Professeur, Chef du service de recherche en hémato-immunologie à l’hôpital Saint-Louis, à Paris, Directeur de recherche au Commissariat à l’Énergie Atomique (CEA), membre de l’Académie des Sciences, publie dans Le Monde le 2 mai 2021, une tribune :

« Le relativisme existe aussi dans la vérité scientifique »

Lire le texte : Tribune Le Monde 2 mai 2021 Edgardo D. Carosella

*****

21 avril 2021

Regards sur les adjectivaux, Travaux de Linguistique, n°80/1

Numéro thématique coordonné par Franck Neveu (Sorbonne Université , STIH), Audrey Roig (Université de Paris, EDA)

https://www.cairn.info/revue-travaux-de-linguistique-2020-1.htm

Ce numéro de Travaux de linguistique, « Regards sur les adjectivaux », s’inscrit dans le prolongement du colloque international organisé à la Sorbonne les 7, 8, et 9 septembre 2017 sur l’adjectivité. Il n’a pas pour ambition de proposer une approche circonstanciée de la question adjectivale, mais, comme le titre l’indique, celle de faire porter la réflexion sur certains aspects de cette problématique linguistique.

C’est donc dans ce cadre que nous proposons ces études sur les « adjectivaux ». Ce terme, comme bien d’autres, et comme adjectivité lui-même, souffre d’un déficit définitionnel qui tient sans doute au fait que sa contribution à l’analyse s’inscrit dans une approche critique de l’adjectif. Entendons par là qu’il soumet à la réflexion l’hypothèse selon laquelle l’adjectif, dans son essence catégorielle et fonctionnelle, ne saurait rendre compte avec suffisamment de précision du phénomène linguistique ici en jeu.

Que peuvent donc être ces « adjectivaux » ? Des segments linguistiques qui par leur comportement grammatical et sémantique entrent dans le champ de la syntaxe adjectivale sans pour autant présenter une similarité morphologique avec les entités traditionnellement réunies dans la catégorie « adjectif ». Cette hypothèse n’est pas nouvelle. Elle a été développée de manière variée dans nombre d’études, et notamment pour le français dans les travaux de Jan Goes (1999), Michèle Noailly (1985, 1990, 1999), Martin Riegel (1985), Marc Wilmet (1986, 2010), ainsi que dans ceux que Franck Neveu (1998, 2000, 2004) a consacrés au système appositif dans les séquences à tête nominale.

Mais bien avant cela, dès la fin du XVIIIe siècle, Beauzée, dans l’article « Génitif » de l’Encyclopédie, avait déjà posé l’idée d’une extension de l’adjectivité à ce qui peut entrer dans le champ de la détermination du nom pour marquer les « qualités individuelles » de ces mots. Si bien que le nom propre (le philosophe Aristote) ou la séquence prépositionnelle (la ville de Rome) assurent une fonction de qualification qui, par l’opération de détermination qu’ils engagent, leur confère un degré d’adjectivité manifeste.

L’apparente homogénéité de la classe adjectivale est d’ailleurs un phénomène récent au regard de l’histoire de la grammaire. Dans le magnifique numéro d’Histoire, Épistémologie, Langage (1992) que Bernard Colombat a consacré à l’histoire de l’adjectif (« L’adjectif : perspective historique et typologique »), numéro qui, bien qu’ancien, n’a rien perdu de son intérêt scientifique, sont retracées la genèse complexe et les difficultés définitionnelles et typologiques de l’adjectif. Si la tradition occidentale a établi la distinction substantif/adjectif au sein de la classe du nom, certaines unités identifiées comme adjectifs n’ont pas toujours été répertoriées dans la classe nominale. Colombat rappelle ainsi (ibid. : 7) que leukos (« blanc ») a pu être considéré par Aristote (De interpretatione), dans une perspective logique et non dans une perspective linguistique, non pas comme un nom mais comme un verbe, puisque se trouve désigné par rhèma tout ce qui fait fonction de prédicat dans la proposition. De même, le terme adiectiuum ne s’applique pas qu’aux subdivisions du nom mais se rencontre dans le cadre de la subdivision du verbe. Les travaux d’Irène Rosier (notamment ibid. : 75-100) ont fait ressortir qu’au XIIe siècle on parle de verbes substantifs, vocatifs, adjectifs. La notion s’est aussi appliquée plus tard à la classe pronominale notamment par le fait que les « adjectifs possessifs » ont été longtemps considérés comme des « pronoms adjectifs ». Et l’on sait que déjà Priscien rapprochait l’adjectif du participe et de l’adverbe. Le « noyau dur » de la conception adjectivale a longtemps été et reste encore dans une large mesure la fonction épithétique, qui marque une position dans l’énoncé et non pas un format morphosyntaxique. Enfin, on rappellera avec Colombat (ibid.) que la classe adjectivale est originellement issue de l’épithète rhétorique (voir aussi Chervel, 1977). La particularité linguistique de cette structure a d’abord été identifiée comme une adjonction au nom, ce que marque assez le terme epitheton (« surajouté ») chez Aristote. Comme le précise Colombat s’appuyant les travaux de Jean Lallot (notamment ibid. : 25-36) :

« Le fait est important car il montre que l’epitheton est initialement non déterminatif et qu’il opère une « amplification du signifiant » (…). Il en résulte plusieurs points remarquables :

  1. la fonction identificatrice ou restrictive qu’on attribue d’ordinaire aujourd’hui à l’adjectif n’est pas au départ un fait constitutif de la définition ;
  2. à l’origine au moins, la fonction prédicative de l’adjectif est passée au second plan ;
  3. du point de vue de la syntaxe, l’adjectif a d’emblée été caractérisé par son manque d’autonomie.

Par la suite, les deux traditions, rhétorique et grammaticale, se sépareront, ce qui permettra par exemple de marginaliser l’épithète de nature et d’introduire la question de la détermination dans l’étude de l’adjectif. » (Colombat 1992 : 7-8)

Concernant les évolutions successives de la notion d’adjectif on ne peut que renvoyer les lecteurs à ce très beau numéro de la revue HEL.

Cependant, bien des questions restent encore ouvertes concernant les « adjectivaux » : par exemple,

  • Le mot adjectivé est-il gradable comme c’est le cas pour la plupart des adjectifs ?
  • Peut-il pareillement occuper les fonctions d’attribut ou d’épithète ?
  • Les noms au trait [+ humain] sont-ils majoritairement susceptibles d’apparaître en fonction attribut ?
  • Le caractère agentif d’un substantif joue-t-il un rôle dans l’élaboration d’un groupe à « nom attribut » ?
  • De la même manière, est-ce qu’un item adjectivé peut, à l’image de certains adjectifs épithètes, être placé devant son support ? Est-il obligatoirement postposé ? Observe-t-on le cas échéant une altération du sens en fonction de la place occupée par l’item, ou convient-il de parler plutôt de « collocation »  pour les adjectifs antéposés ?
  • D’ailleurs, l’item s’accorde-t-il avec son support (genre, nombre) ?
  • Concernant la différenciation fonction et nature : l’emploi adjectival d’un terme en fait-il un adjectif ?
  • Quelle place la sémantique occupe-t-elle dans l’adjectivité ?
  • Quel rôle convient-il de réserver à l’actualisation des unités adjectivées ?
  • Quels paramètres doivent être observés pour jauger au mieux du degré de conservation des propriétés du nom, participe, adverbe ou groupe prépositionnel employés adjectivalement ?

Il nous a ainsi semblé intéressant de revenir, par ce numéro thématique, sur quelques-uns des problèmes de frontières appelés aujourd’hui en français par la catégorie des « adjectivaux », c’est-à-dire par la famille d’accueil des items dont le fonctionnement approche celui des adjectifs proprement dits.

 Les difficultés que l’on peut recenser à cet égard sont de deux ordres, principalement : elles ont trait pour certaines à la porosité des classes grammaticales, l’adjectival se trouvant souvent tendu entre les classes du nom et du verbe et celle de l’adjectif. D’autres regardent plutôt la fonction que l’on attribue traditionnellement voire, dans une certaine mesure, mécaniquement, aux adjectifs et que l’on peut pareillement assigner aux adjectivaux.


J’annonce avec plaisir et émotion la publication de la Grande Grammaire Historique du français, chez De Gruyter, à Berlin (Éditeurs : Christiane Marchello-Nizia, Bernard Combettes, Sophie Prévost, Tobias Scheer).

Un projet initié il y a plus de 10 ans par Christiane Marchello-Nizia, et dont Sophie Prévost a repris brillamment le pilotage.

Émotion, car l’Institut de Linguistique française, que j’ai dirigé au CNRS de 2009 à 2019 s’est battu pied à pied pour la réalisation de ce projet, en lui trouvant des soutiens financiers (notamment celui, fidèle, de la DGLFLF) et surtout un débouché éditorial. Les activités de l’ILF avaient assez de visibilité internationale pour que le grand éditeur scientifique De Gruyter me sollicite pour publier ce travail. Il aura donc fallu un éditeur allemand pour la publication de cette somme historique sur la langue française réunissant les meilleurs spécialistes internationaux.

La reconnaissance des institutions scientifiques françaises aura été de faire fermer l’Institut de Linguistique française début 2019. Manifestement aux yeux du CNRS nous ne servions pas à grand-chose.

Ce que je retiens de cette longue expérience d’administration de la recherche, outre la remarquable compétence scientifique de mes collègues, c’est que l’engagement résolu permet parfois de soulever des montagnes.

https://www.degruyter.com/document/doi/10.1515/9783110348194/html