Grande Grammaire Historique du Français

Grande grammaire historique du français, sous la direction de Christiane Marchello-Nizia, Bernard Combettes, Sophie Prévost, Tobias Scheer, Berlin, De Gruyter, 2020, Volume 1 (960 pages), volume 2 (1224 pages).

https://www.degruyter.com/document/doi/10.1515/9783110348194-toc/html

Qui pourrait imaginer, à une époque où les réseaux sociaux font circuler continument textes et vidéos sur la langue pour défendre avec virulence des positions idéologiques radicales, qu’un tout autre discours peut être tenu sur le français ? Un discours non pas seulement différent mais opposé, par sa richesse, sa densité scientifique, sa profondeur, son intérêt intellectuel.

Grande Grammaire Historique du Français

C’est pourtant ce que le grand éditeur scientifique allemand, De Gruyter, vient de démontrer en publiant cet automne la Grande grammaire historique du français, une somme de connaissances de plus de deux mille pages, en deux forts volumes, regroupant les contributions d’une trentaine de collaboratrices et collaborateurs, qui sont parmi les meilleurs spécialistes au monde.

Ce monument de recherches sur le français, d’une qualité exceptionnelle, au contenu accessible à un très large public curieux de savoir d’où vient notre langue, comment elle s’est formée, et comment elle a évolué au cours de son histoire, raconte douze siècles de textes écrits, sans négliger l’évocation du proto-français, uniquement oral, qui n’est plus le latin, et pas encore l’ancien français.

Cette grammaire historique a commencé son aventure en 2007, grâce à la collaboration fidèle et passionnée d’universitaires, de chercheurs et de chercheuses, et grâce notamment au soutien institutionnel de la Délégation Générale à la Langue française et aux Langues de France (DGLFLF), et à celui de l’Institut de Linguistique française (ILF, hélas fermé par le CNRS en 2018). La préparation éditoriale de l’ouvrage a débuté en 2015, c’est dire tout le soin scrupuleux apporté à l’ensemble par l’équipe rédactionnelle.

Élaborée sur de vastes corpus textuels constitués en bases de données numériques, qui ont permis d’accéder à des connaissances nouvelles sur la langue, la GGHF est une grammaire du changement, où l’accent est mis sur les facteurs de l’évolution linguistique et sur la variation. Elle ne procède pas par accumulation de séquences temporelles successives en découpant la chronologie par tranches, mais elle valorise au contraire la continuité de l’évolution des formes, ce qui renforce l’intelligibilité des faits pour le lecteur.

Qu’est-ce que le français du point de vue du temps long, celui des douze siècles de son existence textuelle ? Et que peut-on appeler « français », et à quelle époque ?  Si les réponses à de telles questions posent de sérieux problèmes méthodologiques, on apprendra tout de même que c’est au XVIe s. que commence à poindre un sentiment d’unité au sein du « français », et c’est également au cours de ce siècle que la notion de langue commence à s’approcher de notre conception moderne de la notion.

Qu’on n’imagine pas la GGHF comme un ouvrage abscons. Si la somme d’informations est considérable, le lecteur y trouve son compte sans jamais s’égarer, ni se lasser.

Certains chapitres, véritables monographies, peuvent d’ailleurs se lire comme des récits. Ainsi, aussi improbable que cela paraisse, la section consacrée à la syntaxe du sujet se lit comme un roman.

On insistera sur un apport majeur de cette œuvre collective, qui doit retenir l’attention des lecteurs férus d’histoire. La GGHF nous aide à comprendre comment sur un temps long une langue parvient à évoluer, à se transformer, à s’adapter aux différents contextes de ses usages.

Dans la langue, rappelle l’introduction, tout changement est une variante qui a réussi. Ainsi, un pli dans l’usage, resté inaperçu au moment de son émergence, peut disparaître, ou s’imposer et demeurer vivant.

L’intérêt porté à l’histoire de la langue conduit donc nécessairement à s’interroger sur son devenir, puisque notre présent linguistique ne peut être considéré comme un aboutissement. C’est plutôt une transition entre deux états de langue. Comme le notent justement en conclusion les responsables de l’ouvrage, il n’y a aucune pause dans le surgissement ou l’achèvement des transformations de la langue.

Ce que cette déambulation dans la divine comédie du français fait aussi ressortir, c’est que le XVIIe s. n’apparaît plus comme le terme d’une évolution de la langue ; c’est aussi que le XIXe s., loin des représentations statiques qu’on en offre souvent, est fort riche en innovations.

La GGHF se place indéniablement dans la continuité des grands ouvrages sur l’histoire de la langue française, qui sont apparus au début du XXe s. Mais son intérêt et son apport scientifique se trouvent décuplés par le bénéfice d’un siècle de recherches linguistiques de haut niveau, et par la contribution de la technologie numérique, qui permet de se placer au plus près de la réalité des évolutions de la langue.

S’il fallait encore une réponse à la question « à quoi servent les linguistes », la GGHF en fournirait sans conteste la meilleure qui se puisse trouver.

Franck Neveu

Article publié dans Le Figaro le 21 février 2021

https://www.lefigaro.fr/langue-francaise/actu-des-mots/aux-origines-de-la-langue-francaise-20210221?fbclid=IwAR3exD3-of_7ZIRp935sPgkeRZPLD0cFgJ9ztyCwwq0uV9sLWyzYpMel1RQ


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.